Le temps qu'il fait dans les consciences et les Cafés de Philo rémois

 

vendredi 20 février 2009

LE MONDE COMME IL VA (24) DELATION OU DENONCIATION

La chronique de Didier M. sur RCF Reims Ardennes le lundi à 19 h 10

Lire la suite

vendredi 13 février 2009

LE MONDE COMME IL VA (23) LA PRINCESSE DE CLEVES

Bonsoir à toutes et à tous.

Je ne sais pas vous mais moi, il y a des déclarations qui me posent questions. Ainsi celle du président Sarkozy à Lyon, le 23 février 2007. En substance il disait ceci, deux points, j’ouvre les guillemets : « L’autre jour, je m’amusais, on s’amuse comme on peut, à regarder le programme du concours d’attaché d’administration. Un sadique ou un imbécile, choisissez, avait mis dans le programme d’interroger les concurrents sur La Princesse de Clèves. Je ne sais pas si cela vous est souvent arrivé de demander à la guichetière ce qu’elle pensait de la Princesse de Clèves… Imaginez un peu le spectacle ! ». Fermez les guillemets. J’ai été cherché dans le programme du dit concours mais je n’ai pas trouvé la référence à la Princesse de Clèves. Peu importe, nous pouvons croire le président de la république sur parole. Je me suis donc mis à faire quelques hypothèses sur ce propos. On y trouve quatre personnages : la princesse de Clèves, l’organisateur du programme des concours, l’attaché d’administration et la guichetière. On se demande en effet ce que pourrait bien faire un attaché d’administration de la Princesse de Clèves dans l’exercice de sa fonction, de gestion des dossiers, des paperasses de toutes sortes. Quant à la La Princesse de Clèves, c’est un beau roman d’amour, un grand morceau de littérature, écrit par madame de Lafayette où la demoiselle de Chartres destiné par raison au Prince de Clèves veut opter par amour pour le duc de Nemours, un fieffé coureur de jupons ! Rien à voir avec l’administration et ses administrateurs. Tout juste bon à les faire rêver ! Et à les détourner de leur travail. D’ailleurs, vu le niveau demandé pour passer le concours, il n’est même pas sûr qu’ils puissent lire cet ouvrage ! A moins qu’il soit jugé comme étant à l’eau de rose (tant pis alors pour madame de Lafayette et la littérature). Une autre bonne r aison de ne pas figurer au concours. Grand roman ou roman à l’eau de rose, il faut donc être un organisateur sadique ou imbécile pour faire une chose pareille. J’ai regardé pour « imbécile ». Ce mot vient du moyen français imbécille, repris au XVe siècle du latin imbecillus (« qui manque de force physique et de réflexion); on le fait quelquefois venir de in (privatif), et bacillus (bâton) c’est-à-dire : qui marche sans bâton, qui apprend à marcher sans béquille au risque de faire des erreurs et de tomber. L'imbécile au sens étymologique serait donc celui qui n'a pas d'expérience et avance au risque de commettre des erreur. Le sadisme est plus connu. C’est la recherche de plaisir dans la souffrance (physique ou morale) volontairement infligée à autrui. Je crois que c’est vrai pour certains concours. La guichetière maintenant. Et si on mettait ce livre dans les mains d’une guichetière. Il est vrai que je n’ai jamais eu l’idée de demander à la guichetière de la Poste ce qu’elle pensait de ce livre ou du maintien du latin et du grec à l’école ou de la philosophie au bac. Nos conversations se limitent à un bonjour et un au revoir entrecoupé « d’un carnet de timbres s’il vous plaît ». Mais je suis à peu près certain qu’elle ne l’a jamais lu et qu’elle ne sait même pas que cela existe. D’ailleurs, elle ne lit pas et elle regarde de préférence « les feux de l’amour » à la télé (ma référence a peut être un peu vieilli, je ne sais pas si ça existe encore). D’ailleurs, si elle lit, c’est « ici ou ailleurs magazine ». Alors la princesse de Clèves ! Comme dit le Président, on imagine le spectacle ! Ah oui un dernier mot. L’ironie est une forme d’expression qui consiste à dire l’inverse de ce que l’on pense, tout en s'efforçant de laisser entendre la distance qui existe entre ce que l’on dit et ce que l’on pense réellement. Elle est en outre utilisée dans l’objectif de dénoncer, de critiquer quelque chose ou quelqu’un. L’ironie invite donc le lecteur ou l’auditeur, à être actif pendant sa lecture ou son audition, à réfléchir et à choisir une position. A vous de jouer.

Didier Martz

mardi 10 février 2009

LE MONDE COMME IL VA (22) L'ATTENTE

La chronique de Didier Martz sur RCF Reims Ardennes le lundi à 19 h 10

Invitée Valérie Demotié, auteur

Lire la suite

mardi 3 février 2009

LE MONDE COMME IL VA (21) LE PREMIER QUI DIT LA VERITE

La chronique de Didier Martz sur RCF Reims Ardennes

Lire la suite


Parse error: syntax error, unexpected T_DNUMBER, expecting ')' in /home/cyberphiz/www/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 416