Le temps qu'il fait dans les consciences et les Cafés de Philo rémois

 

mercredi 24 septembre 2008

LE MONDE COMME IL VA (3) : c'est bienfait pour les petits actionnaires

Ou ce qu'il en coûte de vouloir spéculer

Lire la suite

vendredi 19 septembre 2008

LE MONDE COMME IL VA (2) : un tsunami financier ?

ou la crise financière comme catastrophe naturelle

Lire la suite

LE MONDE COMME IL VA (1) : LA SURFACE DES CHOSES

Ingrid Bettancourt libérée, Sarkozy en vacances familiales, hausse/baisse du pétrole, idem pour le CAC 40, la météo pareil, les larmes de Manodou et celles d’un chinois, le limogeage de Rossi par Clavier interposé et autre président, 10 soldats français tués, à nouveau la météo, les contribuables versent une rente à Bernard Tapie, procès différé pour cause de ramadan, réforme constitutionnelle, , etc, etc. Comment y comprendre quelque chose lorsque c’est le court terme qui l'emporte ; comment avoir une vision d’ensemble dans ce bavardage incessant, dans le scoop permanent, la surabondance des commentaires, la succession effrénée des mots. Des mots toujours des mots dit la chanteuse Dalida après le words, words, words de Shakespeare dans Hamlet. Lorsque l’intelligence est à ce point bloquée par l’éphémère, la brève… l’aveuglement n’est pas loin. Il faut de l’information, encore de l’information. On connaît le diction l’info tue l’info. Ce qu’elle tue, surtout dans cette forme, c’est la réflexion. Et à coup sûr. Certes, comme dans la fable des animaux malades de la peste, tous n’en meurent pas mais tous en sont atteints depuis ma coiffeuse jusqu’aux politiques. Je n’ai rien contre ma coiffeuse mais on ne peut pas lui reprocher à elle de ne pas avoir de vision d’ensemble. Quant aux politiques… Alors, on convoque les experts et autres spécialistes toujours prêt à dire quelque chose, à en rajouter. On finit par oublier l’essentiel, par confondre les petites histoires avec la grande.. Tout se vaut, tout s’équivaut. Ainsi la mort de 10 soldats français dans une guerre qui ne veut pas dire son nom équivaut à l’accident d’autocar qui a fait le même nombre de victimes sur l'autoroute. Ce sont des accidents. Il serait urgent et important de saisir dans cette effervescence ce qui se joue sur le fond. Ce qui se joue pour les sociétés, pour le monde dans ce mouvement brownien. Sartre disait que pour que le fait le plus banal deviennent un événement, il suffisait qu’on en parle. Mais à trop en parler, on le banalise, il devient un non-événement. Alors très vite il faut recommencer. Reprendre un autre fait et le remplacer par un autre. Exit le Tibet, Ingrid Bettencourt, les scandales… A ne jamais s’interroger sur la profondeur des événements, à ne jamais les penser comme disait Valéry, on risque fort de prendre les vessies pour des lanternes. Ingrid Bettencourt et sa libération devraient pouvoir nous dire quelque chose de la violence, de l’engagement, de la ténacité mais par ailleurs il faut bien que le soleil brille sur la moitié sud de la France et se cache sur l’autre moitié, et il vaut mieux après tout, se sortir des mauvais bouchons annoncés depuis Rosny sous Bois.

Pour y réfléchir, il faudrait ralentir le rythme, prendre du temps. Mais est-ce possible ? A trop rester à la surface des choses, il est probable qu’un jour nous sombrions. Ou, pour reculer l’échéance, il faudra que « le plus coupable de nous, se sacrifie aux traits du céleste courroux » et, par ce moyen, obtiendrons nous peut être la guérison commune. L'histoire poursuit La Fontaine nous apprend qu'en de tels accidents, on fait de pareils dévouements : de gré ou de force. Dans la fable, ce sera l’âne. Hélas, il n’est pas sûr que nous nous contentions de ce modeste sacrifice et il faudra bien trouver quelque bouc émissaire plus « consistant ». On devine alors le péril qui guette le jeu démocratique ou question plus troublante, en quoi le jeu démocratique permet-il d'aller jusque-là ?

Didier Martz

  • variations sur un thème de Jean Claude Guillebaud in TéléObs

Parse error: syntax error, unexpected T_DNUMBER, expecting ')' in /home/cyberphiz/www/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 416